Rectangle vert

Euro 2020: Squadra Azzurra, l’an I

L'Italie a un un pied et quatre orteils à l'Euro 2020. Le premier objectif fixé est rempli et l'opération "renouveau" avance. Zoom sur cette nouvelle Squadra azzurra.

Avec le rassemblement d’octobre, l’Italie semble en mesure de faire partie des premiers qualifiés pour l’Euro grâce aux 18 points pris sur les six premiers matches de qualifications. Plus qu’un soulagement après l’apocalypse de la non Coupe du Monde 2018. Nommé sélectionneur par la FIGC, Roberto Mancini s’est vu confier le challenge excitant de rebooter la Squadra.
Et le moins qu’on puisse dire, c’est que des coups de balai ont été passés. Finie la défense à trois composée de l’arrière garde bianconera (BBBC). Exit les  vieillissants Candreva, Parolo et De Rossi. Voici la nouvelle Squadra.

Une colonne vertébrale fixée

Si Roberto Mancini ne semble pas encore avoir son onze type, des certitudes se dessinent et surtout, des cadres apparaissent. A commencer par son schéma de jeu. Le technicien forme son équipe dans un 4-3-3, avec un milieu de terrain Jorginho-Barella-Verratti systématiquement reconduit sur les six matches éliminatoires disputés. Le « hibou » parisien occupe enfin une place importante et rayonne dans l’entrejeu, au point de recevoir les louanges de son entraîneur. A ses côtés, Jorginho est lui, aussi bien installé qu’à Chelsea. Le jeune Nicolo Barella occupe le troisième spot après une saison superbe à Cagliari et des débuts prometteurs à l’Inter.

Depuis que je suis ici, Verratti a toujours bien joué. Sur le plan technique, Marco est un joueur d’un niveau supérieur. Quand il a le ballon, c’est extraordinaire.

Roberto Mancini en conférence de presse, mars 2019

La défense centrale semble également être un problème réglé : une hiérarchie claire de trois joueurs certains d’être à l’Euro se profile. Tant que Chiellini sera blessé, c’est Romagnoli qui jouera avec Bonucci en défense. Il ne restera donc qu’un poste à pourvoir, qui devrait se jouer entre le laziale Acerbi et le nouveau joueur de la Roma Gianluca Mancini (une petite pensée pour toi Daniele).

En attaque aussi, l’ancienne légende de la Sampdoria a des certitudes, à défaut d’avoir des top mondiaux. Ciro Immobile et Andrea Belotti en seront. Seule une grosse saison du jeune prodige Moïse Kean semble pouvoir leur faire de l’ombre. Lasagna, Caputo ou Petagna sont trop loin et, malheureusement, Fabio Quagliarella semble faire son âge dans ce début de saison catastrophique de la Sampdoria.

Ailleurs, de la concurrence et partout, de la jeunesse

Tout n’est pourtant pas rose pour l’ancien entraîneur de City. En effet, certaines questions délicates restent en suspens. Comme celle du choix entre la régularité de Sirigu au Toro et le talent du rossonero Donnarumma. Les noms des latéraux ne semblent pas non plus figés tant les certitudes sont rares à ces postes. Sur les six matches de qualifications, cinq doublettes différentes ont été essayées. Seuls Florenzi (3 matches) et Palmieri (5 matches) ont un peu d’avance, mais doivent compter avec la concurrence de Spinazzola ou Izzo.

Sur les ailes, des créateurs comme Bernardeschi –en relative délicatesse à la Juve- et Insigne, tiendront le volant. Federico Chiesa et El Shaarawy sont en pôle position pour faire partie des 23 mais des joueurs comme Berardi, auteur d’un début de saison convaincant, Politano ou Pellegrini vont crânement jouer leur chance.

Mais surtout, ce qui rend excitante cette nouvelle Squadra, c’est l’émergence d’une flopée de jeunes pépites qui toquent à la porte pour rajouter de la concurrence, notamment au milieu de terrain. On peut penser bien sûr à Zaniolo, désormais une pièce indispensable de l’AS Rome après une saison 2018/2019 qui l’a vu éclore. Mais aussi à son coéquipier Pellegrini (4 passes D) ou au jeune joueur de Brescia, Tonali, actuellement sur tous les radars des grands clubs de la botte. Tant et si bien que le nouveau futur Pirlo a déjà pris place dans le groupe. Sans oublier le coéquipier de Barella à l’Inter, Stefano Sensi et son début de saison canon (3 buts 4 passes).

Bien sûr des incertitudes perdurent. Mais les doutes et le brouillard se sont eux dissipés. Plusieurs générations de joueurs vont cohabiter entre tauliers et prospects. Ensemble, ils vont se rendre à l’Euro avec des ambitions mais sans pression. Il s’agira de structurer ce collectif, de rendre les Italiens fiers de leur équipe et pleins d’espoir pour la suite. Bien sûr, la victoire finale n’est pas à l’ordre du jour tant d’autres nations semblent avoir de l’avance (France, Portugal, Angleterre pour ne citer qu’eux). Mais cet Euro 2020 ressemble à un parfait galop d’essai en vue de la prochaine Coupe du Monde dans trois ans.

0 comments on “Euro 2020: Squadra Azzurra, l’an I

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :