Rectangle vert

La saison 2019-2020 des clubs bretons

Une région, quatre départements, quatre clubs, deux championnats et une saison : 2019-2020.

Avec un représentant dans le football professionnel par département, la Bretagne confirme une année de plus son importance dans le football Français. Focus sur les costarmoricains de l’En Avant Guingamp, les finistériens du Stade Brestois, les Rennais pour l’Ile et Vilaine et les Lorientais pour le Morbihan. On dira également un petit mot du FC Nantes (oui oui vous avez le château des ducs de Bretagne, on sait). 

Rappel de la saison précédente, mercato estival et projections sur l’avenir : tour d’horizon et pronostics de la saison 2019/2020 des Breizhoneg.

Stade Rennais

Malgré leur 10ème place en championnat, la saison 2018-2019 des Rennais restera à jamais gravée dans la mémoire des supporters. Les brétilliens ramènent avec eux une coupe de France, après une loooongue période de disette, depuis 1971, et entre-temps notamment deux défaites contre le voisin costarmoricain en 2009 et 2014. Coupe de France synonyme, bien sûr, de qualification en Europa League.

Côté mercato, on a dit bye bye au mythique Romain Danzé -dit la Danz’- à Ismaïla Sarr et Benjamin André, entre autres. On enregistre aussi les arrivées de joueurs expérimentés comme Jeremy Morel ou Romain Salin mais également la levée de l’option d’achat du plus si jeune Mbaye Niang, tentant de lancer / relancer sa carrière après 6 saisons délicates, voguant de clubs en clubs sans jamais vraiment confirmer.
Les Rennais pourront donc compter sur ceux-là et un effectif aux profils diversifiés pour passer un cap cette saison. Le début de saison est réussi : Rennes convainc avec une quatrième place en six journées, et surtout une victoire de prestige contre le PSG lors de la deuxième journée.

L’année ou jamais pour Niang ?

Le pronostic fiction de Penaltoche : Déception en Ligue Europa : malgré une superbe victoire synonyme de qualification en 16ème de finale face au FC Porto, Rennes s’effondrera logiquement contre Manchester United en 8ème de finale. Pas vraiment de quoi se consoler en championnat avec une 7ème place (alors que les bretons pointaient à la 3ème place à 5 journées de la fin d’un championnat particulièrement serré).

Stade Brestois

Fraîchement promus après une belle deuxième place l’année dernière, les brestois recroisent les guingampais dans le turnover L1/L2. Comme en 2013, mais dans l’autre sens. Une année pleinement satisfaisante pour les finistériens, débarquant en Ligue 1 pour la 14ème saison avec l’ambition d’y rester. Faute de lui proposer une prolongation digne de ce nom, les dirigeants brestois ont vu Jean-Marc Furlan leur filer entre les doigts, une bien mauvaise nouvelle tant le coach estampillé Ligue 2 avait réussi de belles choses depuis 3 saisons. Considéré comme l’un des meilleurs techniciens français ou même le meilleur par le consultant RMC Jonatan Mac Hardy, il laisse la lourde tâche de lui succèder à Olivier Dall’Oglio.

Pour ce faire, les brestois ont été piocher un peu partout en France et majoritairement en Ligue 1. Un mercato basé globalement sur la jeunesse avec des joueurs prometteurs (Grandsir, Duverne, Cardona ou encore Ibrahima Diallo) mais manquant d’expérience.

Si le début de saison n’est pas alarmant, il reste médiocre. Jusqu’ici, le Stade Brestois pointe à la 15ème place avec une victoire, une défaite et quatre matchs nuls. Il faudra donc montrer plus de mordant pour se donner les moyens de rester en ligue 1 et cela au plus vite. Le début de saison dernière des voisins guingampais en dit long sur le sujet.

Le pronostic ficition de Penaltoche : Sortis des coupes rapidement, les brestois ont pu se consacrer pleinement au maintien. Mission réussi sans brio : à 2 points du premier barragiste, les brestois se sont fait peur jusqu’à la fin du championnat. La bataille pour garder Diallo s’annonce dure et il faut déjà songer au remplacant de Samuel Grandsir : auteur d’une saison à 15 pions, il sera de retour sur le rocher pour la saison prochaine. 

Football Club Nantes Atlantique

Difficile de trouver du positif dans la saison 2018/2019 des canaris. Sur le terrain, le niveau d’ensemble fût loin d’être brillant. Après un départ catastrophique sous les ordres de Cardozo, Vahid Halilhodzic est arrivé en pompier de service pour sauver la baraque. Donc oui le maintien a finalement été assuré assez confortablement, mais le jeu minimaliste prôné par le coach bosnien n’a pas permis à la Beaujoire de se régaler. On peut tout de même évoquer la belle victoire face à l’OM au mois de décembre (3-2), avec un but d’Emiliano Sala. Comment ne pas évoquer la tragique disparition de l’argentin, vendu à Cardiff contre son gré et décédé dans le crash de l’avion qui le ramenait au Pays de Galles après qu’il soit venu dire au revoir à ses anciens coéquipiers. RIP Emiliano. Et on en finit avec Waldemar Kita, pointé comme le principal responsable des maux nantais par les supporters, Brigade Loire en tête. Le président n’étant pas capable de s’entendre avec un coach, Vahid a quitté le navire avant la reprise du championnat.

« C’est un argentin qui ne lâche rien, Emiliano Sala, Emiliano Sala, Emiliano Sala »

Par chance pour les nantais, Kita a réussi à convaincre Christian Gourcuff de prendre les rênes de l’équipe. Au vu des caractères bien trempés des deux, difficile d’imaginer que l’idylle dure, mais sait-on jamais. Au bout de 7 journées, la greffe semble prendre. Si on ne retrouve pas encore le jeu flamboyant que Gourcuff développait à Lorient, les canaris enchaînent les bons résultats et sont troisième ex-æquo avec Lille. Avec à la clé une victoire dans le derby breton contre Rennes, ce qui met toujours du baume au coeur des supporters.

Le pronostic fiction de Penaltoche : après une première partie de saison prometteuse que les nantais terminent à la quatrième place, les supporters commencent à lorgner sur une éventuelle qualification européenne. Malheureusement les espoirs font long feu. Gourcuff veut recruter en janvier de meilleurs joueurs de ballon, mais Kita n’accède pas à ses demandes. Le technicien claque la porte et celui qui était dans la shortlist avec Gourcuff cet été débarque à la Jonelière, Raymond Domenech. Je vous laisse imaginer la suite, une deuxième partie de saison catastrophique durant laquelle les canaris glissent de la 4ème à la 18ème place, synonyme de barrage. Heureusement, face à une équipe de Ligue 2 exténuée par sa saison et par le système des play-offs, les Nantais se sauvent in-extremis. Mais encore une fois, tout est à reconstruire.

En avant Guingamp

Après une saison 2018/2019 catastrophique avec très peu de jeu produit et trop peu d’envie montrée – pourtant dans l’ADN des paysans –  l’EAG est de retour dans l’antichambre de la L1 pour la première fois depuis 2013. Ni Kombouaré ni Gourvennec n’auront réussi à maintenir les guingampais parmi l’élite. On peut souligner un beau parcours en coupe de la ligue, se terminant malheureusement sur la seconde marche du podium au bout de l’ennui face à Strasbourg.

Comme suite à toute descente vers le championnat à la pizza, beaucoup de changements dans l’équipe. Patrice Lair, fraîchement arrivé et déjà remercié au bout de 8 journées et une triste 9ème place classement. Remplacé (provisoirement?) par son adjoint Sylvain Didot qui aura la lourde tâche de manager un effectif amputé de ses meilleurs éléments. Quasiment tous les cadres ont quitté le navire (Thuram, Blas, Benezet…) vers des eaux plus bleuetées ou pour une paisible retraite (Kenavo Etienne Didot).
On pourra tout de même souligner les arrivées de Morgan Toaty (Montpellier) au poste de latéral gauche ainsi que de Bryan Pelé (Troyes), milieu gauche.

Avec une défense et un milieu médiocre, le salut des guingampais pourrait bien venir de devant où le club semble bien armé : Roux, Rodelin et -un peu plus bas- Phiri. Si le dernier a confirmé un bon niveau l’année dernière, on espère des deux premiers une saison bien meilleure que la précedente, puisque censés avoir un niveau (largement) supérieur à la ligue 2.

Le Pronostic fiction de Penaltoche : la blessure précoce de Ronny Rodelin lors de la 11ème journée et le départ hivernal de Nolan Roux du côté des Wellington Phoenix en Australie n’ont pas aidé les gars de l’Argoat. Une 12ème place loin d’être encourageante et un maigrelet quart de finale de Coupe de France perdu (avec panache néanmoins) contre l’ogre Lyonnais : l’En Avant devra se reprendre en main l’année prochaine s’il veut espérer retrouver l’élite.

FC Lorient

Après avoir failli accrocher le top 5 la saison dernière, les lorientais se doivent de mieux faire pour leur troisième saison en seconde division. Ciao Mickaël Landrau et bonjour Christophe Pelissier, arrivé d’Amiens, pour cette année. A priori une bonne nouvelle pour les Merlus tant l’ancien coach de Luzenac est reconnu par ses paires comme étant un coach qui prône un jeu offensif. Les supporters lorientais, forcément nostalgiques de l’époque Gourcuff, devraient avoir l’occasion de revoir au Moustoir des phases de jeu disparues depuis des années.

Malgré le départ inévitable du jeune Alexis Claude-Maurice, on aura plaisir à y voir jouer Umut Bozok. Après une saison délicate en Ligue 1 avec les crocos, il revient pour confirmer son excellente saison 2017/2018, année de la montée nîmoise en Ligue 1, durant laquelle il avait planté 24 pions.

Les merlus peuvent donc s’appuyer cette saison sur un effectif globalement similaire à celui de l’année précédente. Charge à Pelissier d’y apporter de la nouveauté pour que les “sudistes” puissent enfin passer le cap qu’ils attendent depuis 3 ans : celui de la (re)montée en ligue 1. 

Le pronostic fiction de Penaltoche : après une saison encore moyenne, les lorientais se classent encore 6ème de Ligue 2 et donc à un cheveu des barrages. Côté coupe, une élimination surprise contre une N3 en Coupe de France et un parcours moyen en Coupe de la Ligue : sortis en 8ème de finale par Dijon sur le plus petit des écarts après une purge sans nom de 120 minutes.

Belle réaction face à la 6ème place

0 comments on “La saison 2019-2020 des clubs bretons

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :