Culture foot

Rond croix et rectangle vert

Le esport, phénomène de mode, hobby compulsif ou véritable sport ? Nous, on a notre idée.

Ah le dimanche… Ses touches, que certains squattent au stade du coin, que d’autres tapotent nerveusement, posés dans leur canap’ mais aussi parfois devant des milliers de spectateurs via Twitch ou la téloche. Souvent qualifié de « faux sport » (comme s’il fallait courir pour faire du sport – coucou le golf et le baseball- ), le eSport n’en demeure pas moins en pleine expansion. Immersion dans un nouvel univers, une nouvelle manière de jouer au football.

Un contexte propice au développement du eSport

Une nouvelle manière de jouer au football, c’est un peu mensonger on vous l’accorde. Toutefois, si les parties d’ISS, de PES ou de FIFA ont déjà accompagné plusieurs générations, c’est tout récemment qu’elles permettent à certains d’en vivre, et qu’elles attirent des spectateurs. Comme n’importe quelle manifestation sportive.

Ce phénomène s’observe depuis 2016, date à laquelle un véritable cadre juridique a été posé pour l’organisation de compétitions de eSport. Cadre juridique strict (formalités déclaratives pour l’organisation de compétitions, agrément à obtenir pour employer des joueurs professionnels…) mais qui est surtout synonyme de prise en considération du phénomène par les pouvoirs publics.

Sympa d’avoir modélisé le champion de France de Fortnite

Autre symbole de ce changement, l’implication des ligues professionnelles dans ce domaine. Si côté français, ça n’a pas traîné (depuis 2016), la ePremier League a attendu 2019 pour se lancer. Se déroulant sur un fonctionnement grosso modo identique (des joueurs sur PS4 et Xbox s’affrontent sous les bannières de leurs clubs de cœur avec un système de qualifications-playoffs), quelques différences sont à relever, notamment sur le déroulé de la compétition. Un tournoi de printemps et un tournoi d’hiver en France, contre un unique tournoi outre-manche.

Si ce marché prometteur en termes de droits, sponsoring, billetterie ou merchandising se développe à toute berzingue, notamment pour la licence FIFA, de loin la plus trustée par le haut niveau, les meilleurs joueurs en tirent aussi leur bénéfice. Mais, qui sont-ils, ces joueurs de eSport ?

Qui es-tu le esportif ?

Le eSport c’est 2 millions de pratiquants et 5 millions de spectateurs selon le baromètre France Esports. Mais c’est avant tout  toi, moi, nous, vous, ils.

En effet, les pratiques de l’eSport sont plurielles et on peut les segmenter en trois catégories. D’abord une pratique loisir dans laquelle les joueurs s’affrontent de manière informelle : le FIFA de lendemain de cuite avec ton pote Pedro. Ensuite, vient la pratique amateure, celle des joueurs qui s’opposent régulièrement dans des parties classées sur Internet : ton gars sûr Fred qui fait de l’achat revente sur FUT toute la journée pour rester en division 1 avec son 4-3-3 cheaté Sané/Mbappé. Enfin, on trouve la pratique professionnelle, avec un rythme soutenue pour laquelle les joueurs sont rémunérés : on peut citer Bruce « Spank » Grannec (aujourd’hui à la retraite), Fouad « Rafsou »Fares ou encore Corentin « RocKy » Chevrey.

L’œil du tigre

Pour RocKy, le milieu s’est clairement professionnalisé ces dernières années. Même s’ils ne sont qu’une petite dizaine à pouvoir vivre du eSport aujourd’hui, c’est une belle progression puisque c’était absolument inenvisageable deux ans auparavant. Pour autant, le statut des joueurs pro reste précaire : des contrats courts d’un à trois ans et un turnover énorme parmi les meilleurs, la faute notamment aux changements de jeu une année sur l’autre.  Actuellement en plein développement, on a peu de certitudes sur l’avenir du eSport tant il est jeune et dépendant des évolutions des grosses franchises et des nouvelles sorties jeux vidéo. On va quand même essayer de formuler quelques hypothèses.

L’avenir du eFoot

L’avenir du eFoot se jouera probablement toujours sur FIFA. Même si on constate un regain d’intérêt pour PES depuis un ou deux ans, difficile de croire que cela suffira à détrôner le jeu le plus joué en eSport, alors que PES n’apparaît même pas dans le top 10. Il serait audacieux de penser que les pro sur FIFA se risquent à la transition. Selon RocKy le modèle parfait serait celui d’un circuit plus proche du football : un championnat national dans chaque pays où les trois premiers seraient qualifiés pour la Ligue des champions. Autre piste de réflexion, celle d’un circuit calqué sur le Tennis ATP : un système de tournois majeurs et standards avec des points à gagner pour grimper au classement.

On peut aussi imaginer l’eFoot conquérir un public plus large. S’il ne s’agira pas d’un d’un sport olympique en 2024 car jugé trop peu mature, la porte reste entrouverte pour les prochaines échéances. L’esprit Coubertin s’opposant fermement aux jeux « violents » pourtant majoritaires dans l’eSport, il n’est cependant absolument pas fermé au eFoot donc, qui aurait une sérieuse carte à jouer sur ce créneau.

Un véritable dialogue est d’ores et déjà en place entre les instances olympiques et France Esports. Cette dernière poursuit d’ailleurs un objectif de professionnalisation pour 2019, notamment en travaillant au côté du ministère des sports et du ministère de l’économie et des finances, sur des sujets comme la régionalisation de l’association, la formation des encadrants ou encore la labellisation de certaines activités.
Une stratégie plutôt FUT-FUT.

À propos Clément

Mes parents se sont rencontrés à la buvette du foot. Ça explique sûrement mon amour pour le football et la bière.

0 comments on “Rond croix et rectangle vert

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :