Histoires de foot

Toujours en avant mais gare à la sortie de route

Les guingampais commencent tout juste à s'imposer comme des pensionnaires de la première division. Un projet d'avenir est porté par leur président, pourtant cette saison se révèle très délicate.

Validé par Valérie Damidot, certifié par Uncharted 3, l’En avant Guingamp commence à rouler sa bosse en Ligue 1. Y entamant leur 6ème saison de rang, les costarmoricains ont acquis le statut de pensionnaires. Club sympathique avec une belle histoire, l’unique ville de France comptant plus d’abonnés au stade que d’habitants ne peut plus se contenter du ventre mou. Seulement voilà, passé les trois quarts du championnat quelque chose cloche, comme un pneu crevé sur le bolide.

Un virage à bien négocier

Au niveau national, Guingamp c’est 12 saisons en première division, une finale de coupe de France en 1997, 2 Coupe de France gagnées en 2009 et 2014 (en se payant le voisin Rennais s’il vous plaît). Mais aussi quelques faits d’armes européens : une coupe Intertoto remportée en 1996, un nul à Giuseppe Meazza face à l’Inter lors de la campagne 1996/1997 de la C3 et enfin une mini épopée européenne en 2015, stoppée par le Dynamo Kiev en 16ème de finale de l’Europa League. Ajoutez à cela quelques beaux noms passés par là : Drogba, Malouda, Guivarc’h et l’inoubliable Coco Michel, et ça commence à tenir la route.

Stéphane Carnot face à Youri Djoarkaeff et Javier Zanetti lors de EAG-Inter en septembre 1996.

En bref, un club familial ayant plutôt bonne presse, une belle histoire et un palmarès flatteur pour l’avant-dernier budget de ligue 1 (les crocos nîmois raflant le titre cette année). Cependant, sur les cinq saisons précédentes, l’EAG se prévaut de deux flirts avec la relégation et trois fins de course dans le milieu du tableau. Maintenant stabilisé en
ligue 1, l’EAG pourrait mieux faire, l’EAG devrait mieux faire. Et pourquoi pas d’ici quelques saisons aller chercher une place européenne pour faire avancer son histoire, et embraser le stade de Roudourou encore une fois. Et si le club l’avait compris ? Quelques nouveautés laissent à penser que oui, l’idée est belle et bien de prendre une autre dimension.

Une écurie qui fait peau neuve 

Si l’EAG n’a pas pu profiter de l’Euro 2016 pour se doter d’une nouvelle arène, le club se donne tout de même les moyens de réussir. Des rénovations pour pousser le Roudourou à 19 000 places, donnant fière allure au petit chaudron à l’anglaise. Sept millions d’euros investis aussi dans le « pro park » : 3 terrains d’entraînement flambants neufs, une salle de soin, une salle de récupération et un espace musculation collés aux terrains de l’Akademi.

L’Akademi – le centre de formation guingampais, fait aussi partie intégrante du projet, s’appuyant sur des infrastructures construites en 2015 et 2016. L’En Avant, conscient de l’importance du centre de formation n’oublie pas son histoire et le coup de pouce des minots Michel, Laspalles, Carnot ou Rouxel pour sa montée en ligue 1 en 1995.

Enfin, si le président Desplat affirme que « les infrastructures sont indispensables » pour « rester en Ligue 1 dans la durée », il n’oublie pas d’associer les supporters au projet. Preuve en est, le succès considérable des Kalons, première initiative d’actionnariat supporter en France, et l’ouverture du village EAG au début de cette saison : lieu de vie accolé au stade, permettant aux supporters de partager un moment de convivialité avant les rencontres. Pourtant, force est de constater que la mayonnaise ne prend pas : un début de saison catastrophique et une suite pas beaucoup plus reluisante, malgré un beau parcours en Coupe de la Ligue ponctué par un échec face à Strasbourg.

Guidonnage en cours de route

La fin d’été s’est révélée délicate du côté de Guingamp: un Christophe Kerbrat sur les rotules après avoir été le grand artisan de la victoire des bleus au mondial, un divorce houleux avec Jimmy Briand et un recrutement jugé trop léger et pointé du doigt par les supporters.

Le début de saison l’a rapidement confirmé : une première défaite à Geoffroy Guichard dès la première journée. Les gars de l’Argoat auraient pu avoir le déclic dès la deuxième journée, auteurs d’une excellente première mi-temps face au PSG. Ils ont toutefois cédé face à l’entrée de Kylian Mbappé, auteur d’un doublé. Il aura finalement fallu attendre la 7ème journée pour les voir prendre leur premier point. La suite n’est pas plus encourageante : une équipe globalement diminuée par rapport à la saison précédente, de grosses carences offensives avec les blessures de Roux, Rodelin et la suspension de Thuram (malgré un début de saison prometteur). Le résultat on le connaît : au coude à coude avec Dijon et Caen pour pouvoir disputer les barrages malgré le retour de Gourvennec, les « paysans » doivent passer la seconde au plus vite.

Toujours est-il que la descente est plus que jamais inenvisageable pour les bretons, peut-être à une étape charnière de l’histoire du club : « Oh Gwengamp, pas ça, pas aujourd’hui, pas maintenant, pas après tout ce que tu as fait ».


À propos Clément

Mes parents se sont rencontrés à la buvette du foot. Ça explique sûrement mon amour pour le football et la bière.

0 comments on “Toujours en avant mais gare à la sortie de route

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :